La pandémie de COVID-19 et d'autres épidémies zoonotiques liées à la consommation d'animaux sauvages sont des défis mondiaux d'origine locale. Sans les aborder de manière globale, les coûts humains, sociaux, économiques et environnementaux pourraient bien devenir ingérables.

La consommation de viande de brousse en Afrique centrale a des effets dévastateurs sur le fragile réseau de la biodiversité, les économies locales, les priorités de conservation, le bien-être des communautés et la santé publique.

Elle est tirée par la croissance rapide de la population urbaine, l'attachement culturel et les opportunités économiques. Cet article décrit ces facteurs et leurs relations avec les maladies transmises aux humains par les animaux.

Les réponses mondiales pour minimiser les impacts de COVID-19 pourraient s'avérer efficaces du point de vue de la santé publique si les gouvernements et les populations coopèrent. Cependant, les causes des maladies transmises aux humains par les animaux (zoonose) ne peuvent pas être prises en compte de manière adéquate dans les politiques de santé publique à long terme sans établir de liens avec les problèmes majeurs de la dégradation de l'environnement d'origine humaine et des facteurs culturels. C'est quelque chose que l'approche One Health promeut.

 Télécharger l'article

JSN Solid is designed by JoomlaShine.com