Résilience de l’ERAIFT au phénomène Covid-19 grâce à son système éducatif virtuel

La pandémie de Covid-19 a contraint plusieurs structures de la vie nationale presqu’à l’arrêt des activités due au confinement de la population. Le secteur de l’éducation nationale n’a pas été épargné de cette contrainte et singulièrement l’Enseignement Supérieur et Universitaire. Dans la majorité de ces institutions, les cours ont été suspendus, entrainant ainsi un retard criant par rapport au calendrier académique.

Par contre, la situation est différente à l’ERAIFT, Centre de Catégorie II de l’UNESCO. En guise d’information, depuis le début de cette année 2020, l’ERAIFT a reçu 42 étudiants issus de 9 pays différents, qui sont en confinement total dans son site tout en poursuivant la formation à distance. Face à cette difficulté du Covid-19, l’ERAIFT a mis en œuvre son système de formation en ligne grâce aux formations reçues par son IT Manager au RIFFEAC[1], et à l’investissement considérable dans l’amélioration de la bande passante de sa connexion Internet. Ceci permet aux étudiants de poursuivre les cours en ligne, de manière individuelle, ce qui permet de respecter rigoureusement le calendrier académique.

Hormis l’aspect académique, les réunions institutionnelles de l’Ecole sont également organisées de manière virtuelle. La dernière est l’organisation de deux ateliers dans le cadre du programme BIOPALT[2] ayant comme objectif principal la conception et l’élaboration des modules de cours contextualisés au bassin du Lac Tchad. Ces réunions ont regroupé une dizaine d’experts de l’UNESCO et des institutions de l’Afrique de l’Ouest qui organisent les formations diplômantes et continues dans le cadre des réserves de biosphère et des sites du patrimoine mondial. Dans le même ordre d’idée, il sera organisé deux soutenances publiques des Mémoires de Master en mode virtuel (mardi 26/05/2020) ; les membres du Jury devront intervenir en ligne (visioconférence).

Somme toute, ceci montre une réponse positive de la résilience de l’ERAIFT au phénomène de Covid-19. Bien sûr pour y arriver, un investissement substantiel a été fait au niveau technique (amélioration de la bande passante) et en ressources humaines (formations sur E-learning).

Kinshasa, le 20/05/2020

Jean-Pierre MATE MWERU



[1] RIFFEAC = Réseau des Institutions de Formation Forestière et Environnementale d’Afrique centrale

[2] BIOPALT = Biosphère et Patrimoine du Lac Tchad

 

JSN Solid is designed by JoomlaShine.com