Search

L’Eraift a abrité du 18 au 20 Novembre 2015, un atelier sur gestion agroécologique des sols en RDC et protection des forêts

Contexte:
La RDC regorge d’un capital naturel particulièrement important. Ce pays d’une superficie d’environ
2,3 millions de km³, dispose de la deuxième plus grande forêt tropicale au monde (couvrant plus de
63% de son territoire représentant aux alentours de 100 millions d’hectares), la plus grande
biodiversité d’Afrique en nombre d’espèces, plus de 50% des ressources d’eau douce du continent, et une variété de gisements importants de ressources extractives et non-renouvelables, comme le
cuivre, le cobalt, l’or et l’étain. La forêt fournit d’importants services environnementaux, tant à
l’échelle internationale (climat) et régionale (eau) mais avant tout à la population congolaise.
Environ 70% de la population vit en milieu rural et est directement dépendante de l’agriculture, pêche, de la chasse, de la cueillette, de l’exploitation de bois, ou de l’extraction minière artisanale; autant d’activités qui, constituant la base de leurs revenus et de leur alimentation, dépendent des ressources naturelles, en particulier sol et forêts.

En RDC, les petits paysans utilisaient –et utilisent encore dans les zones à démographie modérée
situées à proximité des zones forestières- la technique de l’agriculture sur brûlis. Dans ces zones
équatoriales, ils valorisent la richesse du sol de forêt pour l’agriculture ; la technique est simple mais
ingénieuse. Le système « idéal » prévoit l’abattage des arbres, le brulage de la végétation, et la mise
en culture pour 1 ou 2 années avant de laisser la terre pour que se reconstitue une jachère qui, au bout de 15 ou 20 ans, redevenue « forêt » aura reconstitué la fertilité de son sol et pourra à nouveau être remise en culture.

Depuis, du fait de l’accroissement démographique pour l’essentiel et de la réduction de la forêt ou de
l’accès à la forêt, les durées de jachères sont réduites ne permettant plus au sol de se reconstituer sous une « forêt » suffisante. Le cycle infernal de la dégradation des sols et de la réduction de la productivité agricole s’enclenche alors, combinée à la déforestation

JSN Solid template designed by JoomlaShine.com